Les stages E.A.C.O. - Procédure

 EVALUATION DES APTITUDES AUX CONCOURS D’OBEISSANCE

Suite à la confusion évoquée lors du séminaire des juges à Ingré au sujet des "concours en blanc", le GTO reprécise le concept et l’organisation.

 Pour éviter toute ambiguïté avec les concours officiels, la dénomination "concours en blanc" est remplacée par :   "Evaluation des Aptitudes aux Concours d’Obéissance »       ( EACO )

1-      GENERALITES

 Les séances d’évaluation n’ont pas vocation à se substituer au concours officiel, les participants ayant le libre choix de l’exécution partielle ou totale d’un ou plusieurs exercices.

L’évaluation ne correspond ni à un entraînement ni à un concours : elle constitue un exercice à part entière où le couple maître-chien est mis à l’épreuve et non le chien !

Le maître doit montrer sa capacité à aider son chien afin d’obtenir la réussite de la partie ou de la totalité de l’exercice demandé.

Toute demande du conducteur, aussi minime soit-elle, doit être réalisée à 100% de réussite par le chien ; il ne s’agit pas d’un apprentissage mais de la confirmation d’un acquis d’exercice :

- lors d’une telle séance, chaque exercice (ou partie d’exercice) parfaitement acquis par le chien (à 200%) doit être réalisé sans aide : ceci n’exclut pas les félicitations à la fin de l’exercice, sans exagération comme lors d’un concours.

- à l’inverse, chaque fragment d’exercice pour lequel le chien a besoin d’être conforté, doit être systématiquement exécuté avec aide ou artifice afin d’obtenir une exécution à 100%.

Elle offre la possibilité à chaque conducteur d’exécuter librement tel ou tel exercice ou morceau d’exercice, voire même tous les exercices, à condition de ne pas mettre le chien en situation d’échec.

 2- OBJECTIFS DE L’EVALUATION

Pour le maître :

-         permettre de travailler la gestion du stress et de s’auto-évaluer,

-         permettre d’adapter son comportement et gérer sa manière d’agir en connaissant parfaitement ce qui est primordial pour le chien dans la réalisation demandée,

-         apprendre à se concentrer sur l’essentiel à un instant donné pour un but précis. 

 

Pour le chien :

-         permettre d’exécuter des fragments d’exercice dans un contexte différent de l’entraînement,

-         confirmer les acquis par une exécution systématique à 100%,

-     ignorer de quoi il s’agit : évaluation ou  concours normal

 

Pour le maître et le chien :

-         créer une relation privilégiée de confiance quel que soit l’environnement,

-         tester et accentuer la complicité de l’équipe,

-         confirmer et accroître la solidité et la conviction de la compréhension réciproque quelles que soient les situations.

       Pour le représentant du juge :

-         faire des observations et non des notations,

-         donner des conseils appropriés,

-         permettre aux commissaires nouvellement formés de s’aguerrir.

 3- ORGANISATION

     -         Programmer les évaluations au niveau des Régions avec un délai suffisant de façon à ne pas les superposer aux concours officiels,  l’idéal étant d’alterner concours et évaluation.

-         Le déroulement  doit s’apparenter à celui d’un  concours, à savoir :

                - terrain extérieur au club,

          - arriver tôt le matin, pour la journée (passer l’après-midi pour la classe III),

          - tirage au sort pour tous les concurrents, même pour un seul (ou partie) exercice,       

          - tenue et attitude du maître identiques à celles d’un concours officiel.

-         Présence autour du terrain de spectateurs, enfants, …etc.

-         Désigner une personne faisant office de juge (coordinateur, conducteur de haut niveau) ou juge officiel disponible et bénévole, deux commissaires ou personnes faisant fonction  et personnels de terrain (secrétaire de juge, accueil concurrents,…)

-         Prévoir une feuille d’appréciations où ne seront notées que les remarques relatives au maître et au chien, pas de cotation chiffrée.

-         Prévoir une participation financière de principe (inscription), ne serait-ce que pour dédommager les personnes encadrant la séance et contraindre les postulants à ne pas se désister au vu, par exemple, des conditions météorologiques.

 Important :

       1 : L’évaluation exclut toute correction « malsaine » du chien : aucune réprimande ne sera tolérée.                         

       2 : Ne pas transformer l’évaluation en un concours sans notation.

       3 : Ne pas programmer l’évaluation lors d’un concours (sauf accord préalable du juge et du club organisateur et ce en fin de concours uniquement.)

       4 : Pas de phase d’apprentissage lors d’une séance d’évaluation.